L'ancien couvent des Jacobins

Publié le par VERONIQUE COULIBALY



La rue des Jacobins


En 1273 est fondé par des moines dominicains l’ancien couvent des Jacobins grâce à Jean de Châtillon, comte de Blois, qui fait don de l’ancienne église paroissiale de Saint-Gervais ainsi que des maisons avoisinantes. La constitution de l’enclos conventuel se poursuit jusqu’à la fin du XIII° siècle avec la construction d’une église à nef unique, d’une chapelle au nord, d’une abside à cinq pans et de bâtiments autour d’une cour.

Au début du XVI° siècle, adjonction de deux chapelles au nord dont la chapelle Saint-Hyacinthe de l’Hôtel Salviati. Simultanément, reprise des façades sur la cour ainsi que celle du réfectoire donnant sur le jardin.

Durant la seconde moitié du XVII° siècle, travaux importants au sein de l’église avec reprise de la nef et du mur sud en employant un ordre dorique géant. A la même époque, travaux de décoration intérieure dont une sculpture attribuée à Marin Préhoust et Michel Anguier.

En 1755, les Jacobins vendent à l’Hôtel-Dieu deux bâtiments situés à l’est de leur enclos (infirmerie et ancien Hôtel d’Angoulême) qui projette de construire une boulangerie, un four et une buanderie.

A la Révolution, les bâtiments sont saisis : l’église et une partie des locaux sont détruites. Deux rues sont aménagées au travers de l’enclos : la rue des Jacobins et le rue Anne de Bretagne. Les édifices non démolis sont d’abord cédés à des particuliers puis seront occupés de 1819 à 1883 par la gendarmerie  pour être ensuite cédés à l’Institution Sainte-Agnès.

En 1980, après des travaux de restauration, installation du Muséum d’Histoire Naturelle ainsi que du Musée diocésain des Arts Religieux.


 

 

Angle des rues Anne de Bretagne et Robert Houdin

Façade arrière des deux musées

 

Les clichés sont de Véronique Coulibaly


 

 

Publié dans TOURISME

Commenter cet article