LA BIBLIOTHEQUE ABBE GREGOIRE

Publié le par VERONIQUE COULIBALY


 

 

 


Déjà évoquée au sein d'une page consacrée aux divers lieux de culture blésois,  la bibliothèque Abbé-Grégoire est un centre tellement riche de connaissances qu'il était indispensable de lui consacrer un article.

La première bibliothèque municipale de Blois est née en 1793 suite aux confiscations révolutionnaires ; auparavant il n'existait que la Bibliothèque royale installée au château dans l'aile Gaston d'Orléans. En 1799, sous l'influence de l'Abbé Grégoire, humaniste, philanthrope et protecteur des arts, la bibliothèque est ouverte au public. Elle est installée à l'évêché jusqu'en 1830 puis dans l'ancien Hôtel de Ville, compte tenu de l'enrichissement des collections.

En 1888 elle est déménagée en lieu et place de son ancêtre royale. En 1986, les locaux s'avérant inadaptés au concept d'une bibliothèque « moderne », le choix d'une nouvelle construction est envisagé. Le projet final retenu en 1989 prévoit la cohabitation d'une bibliothèque publique et universitaire.

En 1996 les collections prennent place dans ce qui deviendra une véritable médiathèque. La Bibliothèque de l'Abbé-Grégoire, œuvre de l'architecte Jean Harari, est inaugurée le 21 septembre 1997.

Depuis sa création la bibliothèque Abbé-Grégoire n'a de cesse d'organiser des manifestations annuelles harmonieusement intégrées dans la vie culturelle de la ville telle sa participation au Festival des Rendez-vous de l'Histoire depuis 1998 dont elle accueille certains événements tout en proposant une programmation personnelle en lien avec la thématique générale.
Parallèlement la bibliothèque Abbé-Grégoire tente de mettre en valeur ses collections en s'investissant au sein de manifestations nationales comme le Printemps des Poètes ou la Fête de la Musique, en aménageant des événements réguliers propices aux échanges, autour d'un thème particulier telles les Rencontres de l'Image ou les séances de contes et lectures pour la jeunesse. En complément sont offertes au public des animations ponctuelles.

La bibliothèque Abbé-Grégoire dispose par ailleurs d'un fonds ancien qui gère les collections patrimoniales constituées d'ouvrages antérieurs à 1940, manuscrits, images, journaux.
Ces pièces de collection ne sont consultables que sur place, au 3° étage de la bibliothèque. La salle de lecture offre à la consultation plusieurs centaines de dictionnaires et encyclopédies, d'ouvrages sur l'histoire du livre et de l'édition, biographies, généalogies, histoire locale.
Les documents les plus fragiles ne s'examinent que par le biais de microfilms ou de microfiches. Sous certaines conditions il est possible de reproduire et  d'imprimer les reproductions avec l'accord du conservateur.

LE FONDS PATRIMONIAL

En vertu d'un décret du 02 novembre 1789, les biens du clergé et des communautés religieuses sont mis à la disposition de la Nation. Les bibliothèques de 7 couvents blésois, de 2 établissements religieux départementaux ainsi que celle de l'évêque Alexandre Amédée de Lauzières de Thémines qui avait réuni 18 000 ouvrages dont 11 500 ont survécu, sont ainsi réquisitionnées. Au total ce sont 36 000 pièces qui sont confisquées mais de nombreuses pertes sont supportées lors de leur séjour au « dépôt littéraire » (le palais épiscopal) et ce ne sont que 18 000 volumes qui sont offerts au public lors de l'ouverture le 25 juin 1799.

Au cours du XIX° siècle l'abbé Pothée lègue 1 800 ouvrages très diversifiés. En 1887 c'est la vente de la bibliothèque personnelle de Louis de la Saussaye puis celle de Belenet en 1927 qui permettent l'acquisition de nombreux manuscrits et ouvrages rares relatifs à l'histoire locale. En 1944 c'est un dépôt de l'asile d'aliénés qui accroît les fonds de plusieurs centaines d'ouvrages de dévotion et de littérature classique. Enfin le legs d'André Frank  fournit notamment plusieurs manuscrits précieux du XV° et XVI° siècle.

Actuellement la bibliothèque poursuit des démarches d'acquisitions dans divers domaines. Généralement les nouvelles acquisitions font l'objet d'une exposition.

Le fonds ancien est divisé en 6 catégories d'ouvrages :

-      Le fonds général

-      Les livres contemporains et les livres d'artistes

-      Le fonds local

-      Les manuscrits

-      Les fonds iconographiques

-      La presse ancienne


A.   Le fonds général comprend environ 64 000 volumes imprimés entre 1476 et 1940. Littérature, histoire, géographie, beaux-arts et théologie sont les thèmes les plus fréquents mais sont également représentés des ouvrages d'ésotérisme, de magie, de musique, de politique...

Dans ce fond général se distinguent 3 sections particulières :

-      Le fonds d'histoire de la langue française créé dans la continuité d'une démarche entreprise au XVII° siècle par un cercle de grammairiens ligériens qui enseigna d'abord à Blois puis à Londres la pureté de la langue française aux Anglais. Ce fonds détient une centaine de références allant de 1529 au XX° siècle reflétant parfaitement l'évolution de notre langue à travers les siècles.

-      Le fonds d'histoire des arts magiques qui trouve son origine dans les ouvrages de Jean Eugène Robert-Houdin (1805-1871) dont la bibliothèque détient la majeure partie des publications du prestidigitateur. Le reste de la collection étant complété par les classiques de la physique amusante et l'œuvre de Robert Rouet, illusionniste, fondateur de la revue « L'Escamoteur ».

-      Le fonds Grégoire, riche d'une centaine d'ouvrages comportant la plupart des écrits imprimés de l'Abbé Grégoire.


B.    La réserve des livres contemporains et des livres d'artistes détient près de 300 ouvrages de bibliophilie. Sous la dénomination de « livres d'artistes » se regroupent de véritables créations d'artistes développées en étroite collaboration avec les auteurs et s'affichant sous diverses formes (dépliants, cylindres, coffrets...), confectionnées avec des matériaux originaux (tissus, plexiglass, bois, cuir...) et dotées de somptueuses illustrations uniques, gravures, dessins ou peintures, autant d'ornements qui en justifient le prix élevé.


C.    Le fonds local comporte 10 000 livres sur Blois, le Loir-et-Cher ainsi que quelques-uns des départements voisins. De nombreuses pièces d'intérêt local sont concentrées au sein du fonds des manuscrits.

Le fonds Trouëssart rassemble l'intégralité des dessins d'architecture et des plans d'urbanisme ainsi que les 81 volumes de notes manuscrites relatives à la vie blésoise légués par l'architecte Arthur Trouëssart. Véritable mine d'informations via les anciens journaux, les registres d'état civil ou sur les familles blésoises de son temps, c'est une fantastique base de données sur l'histoire du Blésois.

Le fonds de presse locale est composé, quant à lui, de plus de 400 titres issus des plus grandes publications éditées depuis les débuts de la presse en Loir-et-Cher dans les premières années du XIX° siècle.

Le fonds iconographique, qui existe depuis les origines de la bibliothèque et considérablement enrichi depuis les années 1920, comporte aussi bien des cartes et plans du département, des vues de ville (Blois et Vendôme) et de monuments ainsi qu'une importante série de portraits historiques.

A noter que le fonds Mieusement, en hommage à Séraphin Médéric Mieusement qui a été durant 30 ans le photographe attitré de la commission des monuments historiques, laissant plus de 10 000 clichés sur le patrimoine français, comprends environ 300 exemplaires de très grande qualité estimés parmi les primitifs de la photographie française.


D.   Les manuscrits, environ 3000, sont principalement relatifs à l'histoire du Blésois.

La partie ancienne est constituée des manuscrits issus des saisies révolutionnaires réalisées au sein des abbayes blésoises. Elle comprend, entre autre, « Les Miracles de Notre Dame » de Gautier de Coincy, un livre enluminé vers 1440.

Le fonds Joursanvault est composé de la somptueuse collection provenant de la chambre des comptes de Blois et acquise au Baron Joursanvault en 1838. Elle comporte 2196 pièces datées de 987 pour la plus ancienne à 1658 pour la plus récente.

La dernière partie est formée des acquisitions accomplies à partir du XIX° siècle. Elle renferme des pièces relatives à l'histoire locale mais aussi des éléments plus rares telles les 41 lettres adressées par Victor Hugo à son père, résidant à Blois, entre 1822 et 1828 ou un ensemble de lettres de l'Abbé Grégoire. Enfin le legs Frank en 1974 a permis l'entrée d'une dizaine de manuscrits littéraires médiévaux très intéressants.


E.    Outre le fonds iconographique local, le fonds ancien possède près de 200 recueils d'estampes classiques, des cartes et des plans de villes ainsi qu'une importante collection de portraits du XVII° au XIX° siècle.


F.    Distinct du fonds de périodiques locaux, ce fonds de presse ancienne rassemble une soixantaine de titres dont « Le Journal des Savants » dans sa collection complète depuis sa fondation en 1665 jusqu'à nos jours.


L'ACTUALITE DE LA BIBLIOTHEQUE

Jusqu'au 29 juillet, la bibliothèque Abbé Grégoire propose, dans le cadre d'un cycle intitulé « Flic ou voyou », la diffusion en son Auditorium d'une sélection de 4 films policiers réalisés par des grands noms du cinéma, d'époques et d'horizons très différents.

 

LE PROGRAMME CULTUREL

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


NOS AMIES LES ABEILLES

Depuis le 23 mars, 6 ruches sont installées sur les terrasses de la bibliothèque Abbé-Grégoire au 3e étage.
Cette opération "Abeille sentinelle de l'environnement" a été mise en place par Agglopolys, en partenariat avec le Syndicat des apiculteurs de Loir-et-Cher.

Depuis plusieurs semaines, à la faveur d'un printemps exceptionnellement fleuri, nos amies les abeilles ont connu une intense activité.
Mercredi 20 mai, les apiculteurs sont venus opérer la première récolte de miel de l'année.
Dès mardi, la pose d'une grille « anti-abeille » entre la ruche et ses rehausses avait permis d'isoler les rayons de miel du reste de la ruche. De la sorte les rehausses, dans lesquelles se trouvent le miel, étaient progressivement vidées de leurs occupantes qui pouvaient en effet redescendre vers la ruche mais ne pouvaient plus remonter dans les rayons à miel.
Mercredi matin, les rehausses ont été vidées de leur contenu. Les photos vous montreront les rayons dont tous les alvéoles sont fermés par un mince opercule blanc qui enferme le miel. Ces opercules sont enlevés dans l'atelier de l'apiculteur et les alvéoles vidés de leur précieux contenu à l'aide d'une centrifugeuse. Les apiculteurs nous ont appris que les abeilles ne mélangent pas les pollens et ne ramènent à la ruche que le produit d'une seule fleur à la fois qui est déposé dans un seul alvéole. C'est le mélange du contenu de tous les alvéoles par l'apiculteur qui donnent le miel « miel fleurs ».

Pendant le temps de la récolte, les abeilles sont toutes confinées dans les étages inférieurs de la ruche, ce qui donne lieu à une vraie surpopulation dans les rayons, ainsi que le montrent les photos. Dans quelques jours, guidées par leur flair infaillible, les abeilles commenceront le butinage des fleurs d'acacia, dont l'éclosion se produit pendant une période de « creux » de toutes les autres floraisons. De la sorte, le miel d'acacia est pratiquement exempt d'autres pollens, ce qui lui donne sa saveur si particulière.

 

 

1997-2007 : LES 10 ANS DE LA BIBLIOTHEQUE

 

 

 

 


 

Publié dans LOISIRS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article