BLOIS, AUTREMENT : Episode 10

Publié le par VERONIQUE COULIBALY




Elle répondait au doux prénom de Marie-Aurore.

De son illustre père elle ne détenait aucun souvenir. Elle ne l'avait jamais connu car il était décédé quand elle n'était encore qu'en bas âge et, de toute manière, il ne lui portait aucun intérêt. Néanmoins elle ne pouvait s'empêcher de passer des heures au salon à admirer son immense portrait qui y trônait.
Il était grand et fort, un teint cuivré, un regard bleu acier noble et franc, un sourire agréable et gracieux. On le disait épicurien, majestueux et ardent, le coeur généreux et une résistance incroyable. Il était son héros. Quand elle serait adulte, elle brillerait comme lui, leurs deux noms seraient liés pour l'éternité. De là-haut il sera fier d'elle.
Elle se rêvait princesse en ses bras, elle ne fut reconnue en sa noblesse que lors de sa jeunesse et ne devint que comtesse par ses épousailles.
Ignorée par un père guerrier, délaissée par une mère frivole, élevée au sein d'une dynastie brillante, toute sa vie elle transportera des valises chargées de désirs de reconnaissance. Marquée par le destin, elle perdit son unique fils dans la puissance de ses trente ans.
Les années passaient. Les drames et les illusions meurtries qui avaient meublé son voyage commençaient à lui peser. Désabusée elle se retira à la campagne avec sa petite fille, orpheline de père et abandonnée par sa mère, comme elle. Elle s'inquiéta souvent de cette similitude. Que deviendrait l'enfant après son départ ? Connaîtrait-elle autant de souffrance qu'elle ?
Le destin ne lui offrit pas l'ultime chance d'être rassurée car elle mourut logiquement trop tôt. Quoi qu'il en soit, de là-haut, elle a sans doute été très fière d'avoir été la grand-mère... de la grande George Sand.

Ou l'histoire à peine romancée de Marie-Aurore de Saxe, fille naturelle du maréchal Maurice de Saxe et grand-mère de George Sand.

Cliché Sarah Giraudier

Publié dans BLOIS - AUTREMENT

Commenter cet article