BLOIS, AUTREMENT : Episode 13

Publié le par VERONIQUE COULIBALY




La légende des portes, la complainte des murs. Juste éclairé par le halo de lumière diffusé par l'imposte, un vieux sage, un peu fou, penche sa longue barbe blanche sur un vieux pupitre.
Depuis des siècles, il est installé là à retranscrire de sa plume parfois maladroite la mémoire de ces lieux. Il est invisible au regard du simple visiteur. Il faut avoir l'esprit apprêté pour le distinguer. Il a débuté son oeuvre il y a très longtemps.
Il était jeune et beau. Il brûlait ses heures à courtiser des demoiselles toutes plus jolies quand il a fait une rencontre qui allait métamorphoser le reflet de son immortalité.
Une troupe de joyeux saltimbanques. Des jongleurs, des équilibristes, un cracheur de feu, une diseuse de bonne aventure et elle. Une frêle créature au visage angélique qui dansait tel cygne sur un lac tout en berçant les coeurs de douces mélodies d'une voix cristalline.
Terpsichore, sa muse, la passion d'une vie. L'amour qui embrase tellement l'âme qu'il illumine l'univers pour la nuit des temps.
Des sentiments aussi intenses ne pouvaient s'éteindre au terme de quelques décennies. Il se mit à écrire, fixer pour toujours la puissance jamais démentie de leurs élans, mettre des mots sur le bonheur de leurs émotions. Et ils survivraient à l'éphémère de cette existence.
Il passait des jours entiers à noircir des pages, un peu plus faible avec le poids des âges mais toujours fidèle à sa tâche car, dès les premières lueurs du crépuscule, il resplendissait à nouveau dans l'éclat de sa jeunesse, redevenant l'amant fougueux qui, dans le secret de l'alcôve, offre ses ferventes ardeurs à sa précieuse bien-aimée.
Si l'envie irrésistible vous pousse, un soir, à franchir ce seuil, retenez-vous.
On ne dérange pas des êtres qui s'aiment.

Cliché Véronique Coulibaly

Publié dans BLOIS - AUTREMENT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article