SOS pour l'école du Foix !

Publié le par VERONIQUE COULIBALY


Comme tous les ans à l’approche de la rentrée scolaire plane la menace de suppression de postes dans les écoles.

Cette année, c’est celle de la rue du Foix qui risque d’en faire les frais. Mobilisés depuis le printemps dernier les parents se battent pour qu’un enseignant leur soit attribué par l’inspection d’académie. Si aucune affectation n’est réalisée, ce sont plus de 25 enfants de 3 niveaux différents qui seront regroupés à savoir ceux de grande section de maternelle, de CP et de CE1. Autant dire une classe comportant 2 étapes charnières de l’apprentissage, la fin de maternelle avec la pré-acquisition des bases et l’entrée en primaire qui, comme tout un chacun n’est pas sans l’ignorer, est une étape cruciale pour que l’enfant aborde sa scolarité avec un maximum d’acquis fondamentaux tels que l’écriture, la lecture et le calcul.

Toujours dans l’attente, l’école du Foix pourra toutefois compter sur le soutien de Mr le Maire qui reprendra contact avec l’inspection d’académie juste avant la rentrée et ce afin de détenir les chiffres définitifs d’inscrits.

Par ailleurs, comme le signale Mr Yann Bourseguin, deuxième adjoint chargé de l’éducation et des affaires scolaires, le cas de l’école du Foix n’est pas unique à Blois. Les structures des Grouëts, Cartier et Bas-Rivière ont déjà des classes à 3 niveaux. Faits rarissimes et d’autant plus inquiétants pour une ville de 50 000 habitants. Mr Bourseguin fait également remarquer que beaucoup d’écoles possèdent des surfaces inoccupées, onéreuses en fonctionnement alors que ces fonds pourraient être investis, notamment, dans l’accroissement du nombre d’ordinateurs dans les écoles.

Néanmoins, une étude réalisée sur la carte scolaire blésoise dénonce tous ces abus ; ses conclusions seront présentées publiquement aux parents d’élèves en octobre et des décisions seront prises par le conseil municipal avant la fin 2009.

Tous les propos relatés dans cet article qui a fait l’objet d’une information publiée par la Nouvelle République sont avérés.

Le combat de l’école du Foix est le nôtre même si nous n’avons pas d’enfants scolarisés dans ce groupe, même si nous n’avons plus d’enfants en âge d’être scolarisés ; car, hier, ce sont déjà 3 écoles blésoises qui ont fait l’objet d’une suppression d’enseignants ; aujourd’hui c’est celle de la rue du Foix qui lutte pour conserver tous ses effectifs et demain ce sera peut-être celle de votre fille ou de votre petit-fils qui sera condamnée à s’organiser au sein de classes trop surchargées. L’instituteur n’est point Superman. Un professeur des écoles qui doit composer avec un niveau de fin de cycle et deux niveaux de début du suivant ne peut accomplir des miracles. L’avenir de nos enfants dépend de l’enseignement qu’ils auront reçu c’est-à-dire avant tout de la disponibilité que l’instructeur peut réserver à chacun de ses élèves compte tenu de leur nombre. Si nous souhaitons, si vous espérez, un destin florissant pour les enfants, soutenons, soutenez les intérêts de l’école du Foix !

Publié dans NEWS

Commenter cet article