BLOIS, AUTREMENT : Episode 17

Publié le par VERONIQUE COULIBALY




L’ami des hommes de toutes les couleurs. L’amour arc-en-ciel qui irradie le cœur d’une lumière joyeuse. Un regard différent sur des êtres semblables, des paroles fraternelles pour un ami lointain, des attentions singulières pour des inconnus pluriels, des sentiments nouveaux échangés en des rapports inédits.

Dans la candeur de son âge l’enfant ne perçoit aucune dissemblance dans les nuances de la peau et la discrimination par la pigmentation n’est point un critère d’élimination. Il n’a pas érigé ce voile que trop de Blancs s’évertuent à élever tel un rideau de séparation entre eux et les autres. WEB Du Bois dans « Les âmes du peuple noir » explique que, dans la transparence de leur teint, les Blancs craignent que les Noirs puissent lire ce qu’ils cachent en leur for intérieur et qu’ils souffrent également de ne point pouvoir déchiffrer ce que les Noirs dissimulent derrière l’opacité de leur peau. Aussi, afin de contrer cette réalité qui les place en une position inférieure, ils ont dressé un « voile » virtuel apte à établir une distance raisonnable, une protection invisible. Ce voile ce peut être un comportement raciste, de l’indifférence ou tout simplement de la fausse complaisance. Des décennies durant, en dépit des luttes de quelques esprits éclairés et bienveillants, la grande majorité des Blancs ont perdu l’innocence de leur enfance, ont trahi parfois les liens qui les unissaient à leurs compagnons de jeu de naguère.

Pourtant heureux celui qui détient l’élégance de l’âme lui octroyant le privilège inouï de déchirer le voile. Il découvre alors un univers polychrome arrosé de soleil, des bras largement ouverts, une terre chaude et accueillante d’où surgissent des voix graves et profondes, messagères d’histoires inoubliables et de chants crevant d’allégresse, des instants uniques qui arrachent toutes les larmes du corps et écorchent les émotions. Désormais plus rien ne sera jamais plus comme avant.


Cliché Véronique Coulibaly

Publié dans BLOIS - AUTREMENT

Commenter cet article