SORTIE DE NUIT... AU CHATEAU DE BLOIS

Publié le par VERONIQUE COULIBALY


Il y a quelques années j'étais venue assister au spectacle "Son et Lumière" du château de Blois. J'en avais gardé un  souvenir plaisant. Depuis plusieurs semaines je me promettais régulièrement de rééditer cette sortie. Samedi 22 août je suis passée à l'acte.

 

 

Le spectacle débute vers 22h. Une centaine de personnes se pressent dans une file d'attente d'où retentit un métissage de langues pas vraiment inattendu lorsque l'on sait l'intérêt des pays étrangers pour l'ensemble des châteaux de la Loire. Des Anglais, des Italiens mais également des visiteurs venus d'autres régions françaises patientent calmement que leur soit remis leur billet d'entrée. L'opération peut s'avérer parfois un peu plus longue que prévu car la possibilité d'acquérir des tickets combinant la visite du château, celle de la Maison de la magie ainsi que le spectacle nocturne attirent plusieurs clients. La jeune femme qui officie à l'accueil ce soir-là, souriante et fort disponible, délivre avec beaucoup de maîtrise les informations souhaitées par chacun.

Après l’obtention de mon billet, je gagne la cour intérieure où se déroule la fameuse représentation de « Ainsi Blois vous est conté ». Petite innovation, les spectateurs sont invités à s’asseoir sur le dallage de la cour. Me sachant pas vraiment adepte de cette posture, mon époux s’empresse de solliciter un siège auprès de l’un des membres du service d’organisation. En mon for intérieur, je doutais fortement que l’on puisse m’accorder un tel privilège mais j’ai été plus qu’agréablement surprise lorsque mon mari est rapidement revenu avec une grande chaise à l’assise en velours rouge mise à ma disposition. Je tiens donc ici à remercier tout particulièrement l’obligeance que l’on a eue à mon égard, attitude que l’on rencontre dans peu de lieux publics.



Aux environs de 22 heures, comme prévu, débute la merveilleuse histoire du château de Blois. Les textes d’une haute qualité historique et littéraire de Mr Alain Decaux de l’Académie Française sont récités par la voix envoûtante de Mr Robert Hossein. D’emblée quel choix judicieux que la participation de cet immense acteur et metteur en scène, lui-même spécialiste de très grands spectacles depuis 1975 dont « Ben-Hur » au Stade de France en 2006 ou « N’ayez pas peur » consacré au pape Jean-Paul II au Palais des Sports de Paris en 2007, pour ne citer que les derniers parmi une vingtaine à son actif. La parfaite diction, le timbre juste et théâtral de Mr Hossein nous entraîne dans une véritable épopée à travers les âges.

Via trois tableaux et un épilogue, « Ainsi Blois vous est conté » affiche son histoire sur les murs grâce à de véritables fresques de lumière d’une très belle qualité artistique, soignée et raffinée, sur un fond musical toujours harmonieusement adapté aux scènes présentées.

Nous assistons d’abord à la chronologie en quatre étapes de la construction évolutive du Château. Le premier est né de la volonté du Comte de Blois, le second de celle de Louis XII puis vint celui de François Ier et enfin celui de Gaston d’Orléans. Cette présentation s’achève sur un échange survenu le 22 avril 1429 entre Jeanne d’Arc et Gilles de Rais et relatif à la délivrance d’Orléans.

 

 

Le second tableau débute sur un tournoi de poésie organisé par Charles d’Orléans, maître en matière, qui nous offre l’une de ses compositions et l’oppose également à celle du célèbre François Villon dont la « Ballade des pendus » appartient au beau patrimoine de notre littérature nationale.

Il se poursuit avec les intentions de mariage que Louis XII projetait entre sa fille Claude et Charles Quint, offrant en dot la Bretagne, la Bourgogne et le Comté de Blois. Supplié par le peuple, le roi annulera les accords et Claude de France épousera son cousin, le futur François Ier. C’est ce dernier qui intervient ensuite car Blois avait toutes ses faveurs et il parvint même à attirer au bord de la Loire des personnages aussi illustres que Léonard de Vinci, Machiavel ou Pierre de Ronsard dont l’inoubliable « Ode à Cassandre » est merveilleusement récité tandis que s’étale sous nos yeux une fabuleuse façade toute de roses recouverte.

 

 

 

Le dernier tableau est consacré à la dramatique période des guerres de religions. Dans la lutte qui confronte les catholiques aux protestants, Catherine de Médicis, mère du roi Henri III, règne dans l’ombre mais pas aussi négativement que la mémoire populaire l’a caricaturée au fil des siècles. Nous sommes à la veille de Noël 1588. Le roi craint pour son trône autant que pour sa vie car le Duc de Guise, leader incontesté de la Ligue des catholiques, complote des alliances propres à s’emparer du pouvoir en vue d’exterminer toute présence protestante de France. Conscient des risques, Henri III tend un piège au Duc et le fait assassiné au sein-même de son cabinet par 45 gardes au petit matin du 23 décembre 1588. Le lendemain c’est son frère, le cardinal Louis de Guise, qui subit le même sort.

 

 

 


Enfin, l’épilogue est consacré en un hommage rendu aux célèbres personnages qui ont honoré Blois et son château par leur illustre présence en ces lieux : Marie de Médicis, assignée à demeure au Château par son fils Louis XIII mais qui s’en est enfuie au cours d’une nuit de février 1619, Henri IV, Froissart, Jean de La Fontaine, Denis Papin, Balzac et Victor Hugo, notamment. En un ultime témoignage de reconnaissance, les milliers de visiteurs qui s’empressent chaque année sont remerciés de leur venue.

Outre le récitant Robert Hossein, ce spectacle mis en scène par Mr André Blanc, assisté de Mr François Chouquet et Mr Ludovic Dunod, sur une superbe musique de Mr Eric Demarsan (immense compositeur qui a mis son talent au service de nombreux films célèbres comme "L'Armée des ombres" ou "Le Cercle rouge") et dont la direction technique est assurée par Mr André Bride, dispose des voix de très grands comédiens tels que Pierre Arditi, Vernon Dobtcheff, Bernard-Pierre Donnadieu, Jean-Claude Drouot, Stéphane Freiss, le regretté Bernard Fresson, Michael Lonsdale, le délicieux Fabrice Lucchini, extraordinaire en Henri III, Nicolas Silberg et l’immense Henri Virlogeux, décédé en 1995. 

 

 

Il est à noter que le mercredi soir le spectacle est donné en anglais sur une traduction d’Alan Rossett, acteur et dramaturge américain, auteur de pièces de théâtre écrites en français depuis 1982, dont l’œuvre, les distinctions et la filmographie orchestrée autour des plus grands (Woody Allen, Marcel Carné, Robert Parish…) sont impressionnantes. Alan Rossett est, par ailleurs, l’une des voix du spectacle.

Au final « Ainsi Blois vous est conté », créé en 1991 à l'initiative de Mr Jack Lang, alors Maire de la ville, est véritablement une création unique, légitimement saluée d’éloges par la critique et qui vaut vraiment le détour. La saison s’achève le 27 septembre, aussi je recommande vivement à tous de s’empresser pour y assister avant la trève.

 

 


Clichés Véronique Coulibaly


Publié dans TOURISME

Commenter cet article

marie 24/08/2009 17:13

le son et lumiere au chateau de  BLOIS EST GRANDIOSE.

Sarah 23/08/2009 20:34

Ouah les photos sont magnifiques ! Et l'article super complet, comme d'habitude ^^De toute évidence vous avez passé une belle soirée ^^ Bisous