Position délicate pour Chato'do

Publié le par VERONIQUE COULIBALY

 

 

111410760_image_article_droite_width.jpg

 

Quentin Brouillet et Rémi Breton

 

 

Pour tous ceux qui apprécient cette scène musicale, porteuse d'espoirs pour les jeunes musiciens du département, et fournir leur soutien afin qu'elle puisse décemment survivre, je me permets de rapporter ci-dessous un article paru dans la Nouvelle République de ce jour. La mise en péril financière que ce soit d'une entreprise ou d'une association peut conduire à sa mort.


Article paru dans la Nouvelle République du 30 avril 2010

 

L'association MARS (Musiques Actuelles Rencontres Sonores) qui gère le Chato'do et le studio Pôle Nord licencie deux salariés. Le conseil général vient de lui supprimer 35.000 euros de subventions. « On nous coupe les vivres alors qu'on n'a jamais aussi bien fonctionné. Nous avons un équipement culturel qui valorise le territoire mais on nous reproche un manque de lisibilité », regrette Rémi Breton, directeur de la scène de musiques actuelles du Chato'do.

Fréquentation en hausse, augmentation des recettes et du nombre d'adhérents, l'association Mars enregistre les succès depuis 2007.

Et pourtant en décembre 2009, le conseil général de Loir-et-Cher décide « sans aucune concertation et alors que les budgets prévisionnels sont bouclés » de supprimer 35.000 euros de subventions. L'aide au fonctionnement de la structure passe de 30.000 euros en 2009 à 10.000 euros en 2010. La subvention sur l'aide à l'accompagnement aux pratiques amateurs allouée par cette même collectivité dans le cadre du Contrat urbain de cohésion sociale (CUCS) est-elle, supprimée. « Les conséquences sont graves pour l'association, indique Rémi Breton. Lundi dernier, le régisseur du dispositif d'accompagnement des groupes locaux Écluse a été licencié. Un autre salarié va également nous quitter dans les prochaines semaines ». « Ce changement de cap du conseil général » va également obliger le Chato'do à réduire le nombre de concerts sur l'année et à arrêter l'accompagnement des jeunes musiciens du département. Un dispositif qui avait pourtant fait ses preuves. Depuis 2005, une quinzaine de groupes locaux s'est formée artistiquement dans les locaux du Chato'do.

 

Publié dans NEWS

Commenter cet article